Pourquoi une sédation ?

Historiquement, la plupart des gestes antalgiques étaient réalisés sous anesthésie locale et il est donc légitime de se poser la question de l'utilité de la sédation.

Avantages:

 
  • Sécurité: sous sédation, il y a moins de réactions vagales, de modifications brutales de la pression artérielle et le patient est mieux contrôlé. La procédure étant aussi moins stressante pour le patient, les risques liés au stress sont diminués.
     

  • Confort: la procédure se déroule paisiblement sans douleur. Les patients souffrant de douleurs chroniques sont plus sensibles que les autres et même un geste qui pourrait sembler anodin peut être ressenti chez eux comme très douloureux.
     

  • Précision: le patient ne bougeant pas, la précision du geste est facilitée et il faut moins de trajectoires pour atteindre la cible. L'opérateur va aussi être plus exigeant quant à la qualité de la cible et ne pas se contenter d'une cible imparfaite.
     

  • Philosophique: nous avons toujours trouvé qu'un traitement de la douleur qui fait mal est un paradoxe.
     

  • Hypothétique: de nombreux travaux chez l'animal suggère que la mémorisation de la douleur est un point important en cas de douleurs chroniques et qu'une sédation pourrait faciliter "de remettre les compteurs à zéro". Cela reste à démontrer chez l'homme.

Comment se déroule une sédation ?

Le médecin anesthésiste administre un sédatif (propofol) à travers une voie veineuse. Il peut également avoir détendu le patient avec d'autres médicaments à très petites doses (fentanyl, midazolam, ...) et/ou préparer la veine avec un anesthésique local (lidocaine). Le patient n'est pas intubé (tube endotrachéal) ni connecté à une machine de ventilation comme il le serait pour une anesthésie générale pour une opération importante. Il est donc en ventilation spontanée surveillée.
 
Une fois la sédation terminée, le patient est contrôlé en salle de réveil tant sur le plan cardiovasculaire que neurologique.

Précautions et monitoring:
 
  • Oxygénation: masque d'oxygène à 6 litres par minute

  • Monitoring cardiaque avec électrodes et scope ECG

  • Monitoring respiratoire

  • Monitoring saturation en oxygène

  • Monitoring pression artérielle

 
Instructions pour les infiltrations

 

 

 

Il est impératif de suivre les instructions suivantes:


    - Ne pas manger dans les 6 heures qui précèdent le geste antalgique
    - Ne pas boire dans les 4 heures qui précèdent le geste antalgique (2 heures pour l’eau)
    - Ne pas conduire le jour du geste antalgique
    - Ne pas fumer dans les 4 heures qui précèdent le geste antalgique
    - Les médicaments habituels doivent être pris aux horaires usuels avec le minimum
      de liquide possible. En cas de doute sur l’un d’eux, veuillez nous en faire part.


Les douleurs peuvent être augmentées pendant 2-3 jours et un arrêt de travail vous est remis pour couvrir cette période. Il n’y a toutefois pas de danger à reprendre le travail dès le lendemain.


Ces gestes ne devraient normalement pas être effectués pendant un traitement anticoagulant (Sintrom, Marcoumar, Xarelto, ...). Un traitement antiaggrégrant (Aspirine, Plavix, ...) augmente également le risque de saignement et devrait être arrêté si cela est possible une semaine avant l’intervention. Veuillez demander à votre cardiologue si ce traitement peut être temporairement interrompu. N’oubliez pas de nous signaler si vous prenez un médicament de ce type.


N’oubliez pas de nous signaler toutes vos allergies, en particulier:


    - Allergies à l’iode, aux désinfectants (noms de marque précis si vous les connaissez)        
    - Allergie à la cortisone (substance utilisée: méthylprednisolone)
    - Allergie aux anesthésiques locaux ou au propofol


En fonction de vos éventuelles allergies, un bilan préalable chez un médecin spécialiste en allergologie devra être effectué avant que le geste antalgique puisse être réalisé.


Si votre état de santé général est diminué, un bilan anesthésique chez un médecin spécialiste en anesthésiologie devra être effectué avant que le geste antalgique puisse être réalisé.

Pour des raisons de stérilité et de risque de perte, nous vous prions de venir sans bijoux et sans montre pour l’intervention. Il est également préférable de laisser vos valeurs à vos proches pour éviter une perte. Les appareils auditifs peuvent par contre être gardés. Un casier à clé est toutefois mis à votre disposition.

En cas d’empêchement, merci de nous prévenir au moins 72 heures à l’avance, sans quoi un montant forfaitaire de 300.- devra vous être facturé. Si le geste antalgique ne peut être effectué en raison d’un non-respect des consignes, ce montant forfaitaire sera également facturé.